Matelex participera au 25ème congrès international du froid organisé par l'IIF/IIR à Montréal du 24 au 30 août 2019.

Retrouvez-nous stand 300 et rejoignez notre conférence le jeudi 28 à 13h au sein de l'espace exposants.

Interview : Le DNI, un investissement stratégique pour l'énergie ? 

A découvrir ici : http://www.matelex.fr/images/Telechargement/Contact_N15_FR_Matelex_FINAL_BD.pdf

Qu’est-ce que le Détecteur de Niveau Intelligent ? En quoi permet-il de mesurer la consommation d’énergie et de gérer les installations thermodynamiques ?

Interview d’Emilie Kugener, Corporate & Web Communication Manager chez Climalife auprès de Florian Willerval (Matelex – Application & Development Manager) et Marion Lazzarotto (Matelex – Marketing & Business Development Manager).

Comment est né le DNI? M. L. : M. Anquetil, fondateur de Matelex, a toujours travaillé dans le milieu de la réfrigération et quand la F-Gas I est arrivée, il a réalisé qu’il n’y avait pas de véritable solution de détection de fuites alors que cette réglementation imposait une réduction des émissions. Conscient du taux de fuite important des installations frigorifiques et souhaitant accompagner opérateurs et détenteurs d’installation dans la réduction de l’impact environnemental de ces dernières, il a choisi d’utiliser son expérience du milieu du froid et sa connaissance des attentes des acteurs de la réfrigération, pour créer le DNI : Détecteur de Niveau Intelligent. Par la suite, le DNI a sans cesse évolué grâce aux remontées terrains, afin de réduire les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre.

Comment le développement s’est-il passé? F. W. : Les premiers développements ont eu lieu en 2008 et le système a été breveté en 2009. Les premiers DNI produits ont ensuite été installés dès 2011. Ils ont continuellement été améliorés depuis, notamment au niveau de la connectivité pour être raccordés à l’interface utilisateur en ligne Sentinelle. En octobre 2017, sous l'impulsion de Christophe Morote (Directeur d'Activité Climalife France), Matelex a rejoint le groupe Dehon afin de soutenir son développement à plus grande échelle. De nouvelles capacités de production ont été mises en place pour satisfaire une demande grandissante en France comme à l’international avec un rapatriement total de la production en France. Aujourd'hui les équipements Matelex sont de fabrication 100% française.

Qui ont été les premiers clients convaincus? M. L. : Les détenteurs d’installations frigorifiques comme Carrefour ou Auchan ont été les premiers clients. Les installateurs, en charge de la maintenance des installations frigorifiques ont eux aussi été intégrés dans la démarche dès le départ en faisant remonter les besoins terrain et en installant eux-mêmes les DNI, ce qui leur permettait de tester les nouvelles fonctionnalités en partenariat avec Gérald Anquetil.

En quoi est-ce un produit qui promeut l’efficacité énergétique? F. W.  : Le DNI agit sur deux types d’émissions : directes avec les fuites, et indirectes avec la consommation énergétique. Concernant la partie énergie, le DNI agit sur deux leviers. D’une part, le DNI permet de connaitre en temps réel le niveau de fluide dans le réservoir afin de s’assurer que les quantités sont suffisantes car on sait aujourd’hui qu’une installation sous chargée consomme plus d’énergie. D’autre part, les deux modules dédiés à l’énergie permettent eux aussi de diminuer la consommation électrique de l’installation frigorifique. Le module énergie calcule un COP réel, en prenant en compte les consommations du/des compresseur(s), mais aussi celles des ventilateurs du condenseur, ou même des pompes pour les circuits indirects. Il permet de traçer le cycle enthalpique en temps réel. Ces données couplées aux outils d’analyse disponibles sur l’interface Sentinelle tels que la fréquence de démarrage des compresseurs, permet au DNI d’alerter sur les dérives énergétiques mais aussi d’identifier les données incohérentes afin d’améliorer les réglages de l’installation. Enfin, le module HP flottante, permet de faire varier la consigne haute pression en fonction de la température extérieure afin d’ajuster la vitesse des ventilateurs du condenseur. L’objectif est de diminuer de 15% à 20% la consommation énergétique de l’installation. Ce module est d’ailleurs éligible aux primes CEE (Certificats d’économie d’énergie) en France.

A quel développement peut-on s’attendre dans un futur proche ? M. L. : Depuis le rachat par le groupe Dehon, le développement de Matelex passe par la volonté de répondre aux besoins croissants du marché en s’appuyant sur l’implantation mondiale du groupe. Pour le groupe Dehon, cela fait sens avec sa volonté de développer des solutions qui aident à réduire l’impact environnemental des installations frigorifiques. Cela passe par la substitution des fluides mais aussi par la détection de fuites et la gestion énergétique des installations.

Aujourd’hui nous continuons à faire évoluer le DNI et ses modules et disposons de retours sur expérience. Un acteur majeur de la GMS en France a par exemple obtenu une réduction de 70% des fuites sur les 3 dernières années avec l’installation du DNI sur son parc d’installations. Au-delà de la détection de fuites pour les installations HFC et donc des économies en fluide frigorigène, nous nous orientons vers une solution globale dédiée à l’optimisation des installations. Pour le CO2 par exemple, bien que le coût du fluide soit plus faible, la surveillance en temps réel et les alertes permettent d’améliorer les performances des installations, d’éviter les pannes et donc de minimiser le risque de pertes d’exploitation, qui s’avèrent très coûteuses.

En quelques mots quel est l’avantage d’une détection de fuites par méthode indirecte par rapport à une méthode directe ? F. W. : La méthode indirecte permet tout d’abord de répondre aux obligations réglementaires pour les installations contenant des quantités supérieures ou égales à 500 t. éq. CO2 (Règlement UE n° 517/2014 « F-Gas »). Cette méthode permet aussi de diviser par deux la fréquence de détection de fuites, et constitue un réel gain de temps car la recherche de fuite est longue. Autre point, avec la détection directe, une fuite peut en cacher une autre et il faut alors attendre la détection suivante ou l’arrêt de production pour s'en rendre compte. Avec le DNI, un recalcul rapide permet d’être informé d'une éventuelle seconde fuite. Les dispositifs tels que le DNI qui alertent en cas de fuite permettent, quant à eux, de réagir très rapidement et de disposer d’indications sur le taux de fuite, ainsi que le délai réglementaire pour intervenir. Plusieurs milliers de DNI ont déjà été installés partout dans le monde (Chine, Espagne, France, Italie, Hongrie, Allemagne, Belgique, Tunisie, Maroc, Roumanie …).

Climalife Contact n°15 👉 https://bit.ly/2TYqQ0g